Revolution

Excusez moi .... [Victor]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Excusez moi .... [Victor]

Message par Aelys E. Andrews le Sam 16 Mai - 8:18

    Elle avait dût courir pendant des heures. Jamais d'essoufflement, jamais de fatigue, jamais de bruit. Les animaux seuls semblaient se rendre compte de son passage, et ils s'écartaient prudemment devant elle, effrayés sans même savoir pourquoi. Les humains ne la remarquaient pas, puisqu'ils ne l'entendaient pas, et qu'elle courrait sans relâche dans les bois, ne ralentissant que pour croiser des autoroutes – heureusement, il n'y avait guère de circulation à cette heure-ci -, des lisières ou bien pour se détourner de son chemin lorsqu'une odeur parvenait à elle trop fortement. Elle ne s'arrêta, pendant tout la nuit, qu'une et unique fois, pour attraper un élan qui, sans chance, se trouva pile là où ses pas la menaient. Aucune salissure, à peine un grondement, et il ne restait de lui plus qu'une carcasse. Délicatement, elle la reposa, et reprit sa route. Le temps n'était pas à se poser des questions, à avoir des remords.

    Mais pourquoi courrait-elle, déjà? Pourquoi n'avait-elle pas prit la voiture? C'était certes, tout aussi peu fatiguant, mais sûrement plus rapide, au moins plus humain! Mais non. Aelys était faite de contradiction, et lorsque son instinct lui dictait d'y aller à pieds, elle y allait à pieds. Autant profiter un minimum de sa condition, n'est-ce pas? Ainsi donc, elle se laissait emmener, sans avoir son mot à dire et sans réfléchir plus que ça. Pour l'instant, elle ne savait guère où sa fugue allait l'amener. Elle le découvrirait bien assez vite.

    C'est ainsi que, pendant une nuit, Aelys ne s'arrêta pas. Le jour commença à poindre, à travers le feuillage des arbres, laissant passer une lueur verte qui fît apparaître un sourire sur le fin visage de la vampire. La journée serait sombre, au moins pluvieuse. Parfait! Ainsi, elle n'aurait pas à se cacher. Son instinct ne se trompait jamais. Comme ses visions. Visions qui avaient brutalement disparût, comme si tout son futur était en équilibre instable, penchant à droite, à gauche, ne parvenant à se stabiliser qu'au dernier moment. D'un geste de la tête, elle repoussa cette idée. Son futur ne pouvait être brouillé comme ça, il réapparaitrait bien vite. Elle n'avait guère à s'en faire.

    Soudainement, la lisière de la forêt apparût. Naturellement, elle ralentit, et se concentra sur ce qu'elle sentait, sur les odeurs qui lui parvenaient. Quelques voitures, quelques humains. Ce n'était pas l'endroit pour sortir, la route longeant la forêt étant trop empruntée à cette heure. Ce n'était pas grave. D'un pas décidé, elle remonta un peu plus loin tout en s'arrêtant régulièrement pour le vérifier, le vérifier, le vérifier encore. Et ce fût le bon moment.

    Comme si de rien n'était, Aelys sortit du couvert des arbres, offrant ses cheveux bruns à un ciel nuageux. Parfait. Tout était parfait. Curieuse, elle referma ses paupières, mais son futur ne réapparaissait pas. Tant de choses dépendaient donc? Elle ne pouvait le croire. Enfin.
    Elle continua à se laisser guider là où ses pas l'emmenaient. Rapidement, elle atteint le centre ville. Mais où était-elle? Décidément, les Etats Unis n'étaient guère fait pour elle. Trop grand.

    Alors qu'elle ne pouvait le croire, il se mit à neiger. De gros flocons blancs, qui tournoyaient, tournoyaient encore, sous l'effet d'un vent que l'on pouvait à peine ressentir. Son rire, un peu trop irréel, retentit, alors qu'elle tendait la main vers le ciel, récoltant entre ses doigts un flocon qui ne fondit pas. Forcément. La température devait être approximativement la même entre les deux corps …
    Pendant quelques instants, elle en joua, soufflant sur les petites boules duveteuse, les regardant avec émerveillement s'élever puis retomber avec une douceur encore plus incroyable. Finalement, les Etats Unis étaient un pays bien.

    Puis, elle se décida à savoir où elle était. Du moins, dans quelle ville. Pendant quelques instants, elle hésita quant-à savoir où elle allait se renseigner, puis opta pour le parc. Sans nul doute croiserait-elle une âme esseulée, qui accepterait de lui expliquer où elle se trouvait. D'un pas toujours aussi décidé, elle se remit à marcher, jetant un oeil aux boutiques quelle croisait, sans trop y faire attention. Sa garde robe était assez pleine pour l'année à venir, et il n'y avait guère de commerce dans cette bourgade.

    Mais elle croisa un café. Un café dans lequel un seul client, un adolescent d'environ ….. 17 ans? 18? Aelys ne pouvait se décider. Bref, un seul client avait décidé de s'y installer. Brutalement, sans savoir pourquoi, la vampire opta pour rentrer et le lui demander.

    La porte teinta, un courant d'air froids jaillit dans la pièce, et en quelques légers pas elle fût au comptoir. Là, elle demanda un thé, patienta quelques instants puis se retourna, la tasse trop chaude entre ses mains. De nouveau en quelques pas, elle fût à une table, et avant qu'elle n'ait pût s'y asseoir, une bande de jeune pénétra dans la salle, la faisant grincer silencieusement des dents. Si c'étaient des amis du jeune homme, elle pouvait abandonner sa boisson et ressortir.

    Cependant, mût par un sentiment de dernier courage, elle se pencha sur sa chaise, de façon à apparaître clairement dans le champs de vision du jeune homme. Un grands sourire aux lèvres, ses yeux pétillants, elle demanda.
    « Excusez moi …. Ma question risque sans nul doute vous étonner, mais quelle ville est-ce? »

    Encore ce grand sourire, tout en espérant qu'il ne la classerait pas dés maintenant dans les folles …
    Pendant une seconde, cependant, ou un fraction de seconde pour être réaliste, elle s'étonna. Ses traits fins, ses cheveux blonds, ses jolis yeux … Il avait tout pour plaire. Presque une statue blonde. Et voilà qu'elle tombait sur le Don Juan du village perdu de nul part. Parfait.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Excusez moi .... [Victor]

Message par Victor J. Eriksen le Sam 16 Mai - 20:43

    Victor avait passé une journée des plus normales et des plus ordinaires aujourd'hui au lycée. En effet, il avait trainé avec sa bande de copains complètement imbéciles, mais il les supportait car il aimait trop être entouré pour les envoyer paître. De plus, c'étaient censés être les jeunes les plus cools de la petite ville de Forks et comme Victor était assez superficiel et arrogant, il devait être avec eux. Du moins il l'était pour le moment.
    Sa journée avait donc été assez ordinaire. Il était arrivé dans sa voiture le matin au lycée, un beau break bleu qui attirait encore plus l'attention sur lui, c'était parfait ainsi. C'est d'ailleurs pour ça qu'il l'avait acheté, enfin plutôt, qu'il avait demandé à ses parents de le lui acheter. Il était donc arrivé au lycée, comme tous les matins il était allé retrouver sa bande de copains qui trainait dans les couloirs. Il était passé à son casier pour prendre quelques affaires de cours, histoire de faire semblant de suivre les cours et d'être sérieux - les professeurs ne se faisaient pas avoir, bien entendu, pas si bêtes quand même ! - et était donc allé en cours. La journée s'était ainsi déroulé très normalement, anglais, histoire, sport, déjeuner, histoire encore - malheureusement - puis maths et physique. Ça avait été une longue journée, comme toutes les semaines. Comme tous les jours d'ailleurs, il avait déjeuner à la cafétéria avec ses "amis" et à eux tous, ils avaient encore fait la table la plus bruyante de la salle. C'était une sorte de compétition on aurait dit franchement, mais cela le rendait étrangement heureux de faire le plus de bruit possible, surement histoire de bien se faire remarquer.
    Ensuite, l'après-midi il avait entendu des rumeurs comme quoi l'une des plus jolies filles de l'école avait rompu avec son copain parce qu'elle était amoureuse de Victor. Enfin bref, une longue journée certes, mais une très belle journée. Ne vous méprenez pas, Victor n'est pas du tout un garçon sadique qui aime voir les autres souffrir par sa faute, il est seulement las de voir toutes les filles lui courir après alors qu'il ne les connait même pas. Et puis, il a désespérément besoin d'attirer l'attention et les filles se font tellement bien avoir..
    Inéluctablement, comme tous les jours, la sonnerie avait délivré les élèves de leur pire cauchemar : les cours. Victor avait proposé à ses copains d'aller boire un verre après le lycée plutôt que d'aller bosser. Bien évidemment ils avaient tous répondu par l'affirmative mais ils avaient néanmoins décidé de repasser par chez eux pour déposer leurs affaires de cours et se changer - non, non, vous ne rêvez pas, les garçons aussi peuvent être superficiels ! -. Victor, lui, prit directement sa voiture pour se rendre au bar de la petite ville de Forks. Il entra dans l'établissement et alla s'asseoir à leur table habituelle. Il fit juste un signe au serveur au comptoir qui comprit automatiquement ce que le jeune adolescent de 17 ans allait prendre, à savoir une bière. En effet, il venait tellement souvent ici avec ses copains que les employés savaient par coeur ce qu'il prenait à chaque fois et il avait désormais prit l'habitude de leur faire un signe de la main plutôt que de leur parler normalement lorsqu'il voulait commander sa bière habituelle. Quelques instants plus tard, le serveur lui apporta enfin sa boisson et il le remercia gentiment.
    En effet, lorsqu'il était avec ses copains, Victor était un garçon insupportable et prétentieux, assez désagréable par-dessus le marché, mais quand on le laissait seul, sa vraie nature se révélait de nouveau et il s'avérait être un garçon assez gentil et agréable. Il avait juste trop besoin de reconnaissance pour plus dévoiler cette partie de son caractère, assez paradoxalement d'ailleurs vu que c'est cette partie là de son caractère que le plus de personnes apprécieraient vraiment. Mais en plus de ça, Victor était devenu trop arrogant à force de se faire aduler de tout le monde et il avait du mal à gérer ça de toute évidence. En effet, il se croyait au-dessus de tout le monde et était persuadé qu'aucune femme ne pouvait résister à son charme. Il allait bientôt découvrir qu'il se trompait lourdement néanmoins..
    Après quelques minutes la porte du bar s'ouvrit, laissant le froid rentrer, tandis que la clochette sonnait. Il ne se retourna pas, n'entendant aucun bruit, cela ne pouvait pas être ses copains qui arrivaient enfin. Il but une gorgée de sa bière pour patienter. Après quelques instants il était sur le point de commander celles des autres lorsqu'il sentit quelqu'un approcher dans son dos. Il allait se tourner pour voir de qui il s'agissait quand il entendit des voix d'hommes venants de dehors, suivit par le son de la clochette du bar. Ses copains arrivaient enfin. Il allait dire quelque chose quand la personne qu'il avait sentit derrière lui se mit à lui parler, s'étant penché sur lui. Il ressentit alors un courant d'air si froid qu'il en frissonna et qu'il eut automatiquement la chair de poule. Il n'y fit pas spécialement attention cependant, en effet, il attribuait ce courant d'air glacé à l'entrée de son groupe d'amis dans le bar. Il releva finalement enfin la tête pour voir qui lui avait parlé quand il fut soudain complètement subjugué.
    C'était une jeune femme, elle ne devait pas avoir plus de 20ans.. Comment dire.. Elle était superbe, splendide, à couper le souffle. Son teint était extrêmement pâle, anormalement même, mais ça la rendait vraiment sublime. Ses yeux étaient splendides eux aussi, d'une magnifique couleur dorées. Il se demandait bien comment elle pouvait avoir les yeux dorés néanmoins, c'était assez étrange et rare. Il était tellement subjugué qu'il ouvrit la bouche pendant cinq bonnes secondes d'ébahissement, avant de s'en rendre compte et de la refermer aussi sec. Il n'entendit même pas ses copains s'installer à la même table que lui et il n'arrivait pas à se rendre compte que la jeune femme qui se tenait en face de lui avait surement envie d'avoir une réponse à la question qu'elle venait de lui poser. Quand enfin, il percuta, il rosit légèrement et bafouilla en lui disant :


    - Uh.. Oui.. Bien sur.. Nous sommes Forks ici..

    Puis il réfléchit l'espace de quelques secondes, se rendant compte que la question de la jeune femme était très étrange. En effet, qu'est-ce-qu'elle faisait là si elle n'avait aucune idée de quelle ville c'était. Comment avait-elle put arriver dans un trou paumé tel que Forks sans l'avoir cherché ? Et surtout sans savoir que c'était là qu'elle allait. Après tout, de nos jours tout le monde savait lire une carte routière ou avait un GPS qui lui indiquait la route de manière à ne jamais se tromper. Et dans ce cas là, la jeune femme aurait su où elle était, ce qui n'était pas le cas visiblement.
    Puis il pensa que la jeune femme avait peut-être dit ça dans le seul but de l'approcher pour voir si elle lui plaisait.. C'était le cas, c'était sur. Le jeune lycée ressentait quelque chose d'inexplicable au fond de lui-même, il trouvait ça assez agréable au final même s'il n'arrivait pas à le décrire. Puis ses copains, se rendant compte de la situation, s'écrièrent bruyamment, faisant tout un tas de réflexions déplacés sur le fait qu'il avait un ticket ou des trucs du genre. La jeune femme sembla étonnée et à la fois assez désespérée de constater le comportement des jeunes gens. Victor, lui, se reprit finalement. Il avait toutes ses chances après tout, il pensait toujours que personne ne lui résistait. Aussi il sourit du mieux qu'il put, tentant de la charmer, et lui dit, toujours en souriant :


    - Je m'appelle Victor, et vous ?

    Il lui tendit sa main tandis que ses copains poussaient des cris particulièrement déplacés derrière. On aurait dit une bande de singe en cage mais Victor les ignora royalement, trop occupé à garder ses yeux fixés dans ceux de la jeune femme. Mais le problème, était qu'il avait surement l'apparence d'un garçon comme les autres, comme ses copains même ce qui était largement pire et la jeune femme ne pouvait pas décemment avoir une bonne opinion de lui dans ces circonstances là.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Excusez moi .... [Victor]

Message par Aelys E. Andrews le Dim 17 Mai - 22:50

    Et voilà qu'il ouvrait maintenant la bouche tel un poisson. Pendant une seconde elle fût tentée de rire, mais ce n'était même pas réellement drôle. Au mieux amusant si elle ne pensait pas aux causes de son étonnement. Au mieux amusant si elle oubliait qu'il était étonné par son apparence, par sa peau trop blanche pour être normale, par ses yeux trop dorées pour être ceux d'un humain, par tout ce qui la différenciait des autres … Par tout ce qui faisait d'elle ce qu'elle était, en faite.
    Enfin. Profitant de l'instant d'ébahissement pur du jeune homme, elle le détailla rapidement. Ses cheveux, d'un blond pur, attiraient les caresses même si elle ne pouvait y glisser ses doigts, ses traits fins rendaient son visage adorable, ses yeux d'une couleur qu'elle ne pouvait définir pouvaient sans nul doute perdre toutes les humaines, toutes les adolescentes qu'il croisait tout les jours dans les couloirs du lycée de Forks. Ces dernières devaient d'ailleurs tomber la plupart du temps folles amoureuses de lui. Cette idée manqua de lui arracher une moue. Oui, elle devait être tombée sur un Don Juan.
    Aussitôt, elle s'en voulût d'émettre un tel jugement. Il pouvait être très gentils, en plus d'être physiquement très bien fait. L'un n'empêchait pas l'autre, après tout! Aelys n'avait donc pas le droit de penser mal de lui, sans même le connaître. Cette réflexion manqua de nouveau de la faire soupirer.

    Finalement, il reprit possession de ses moyens et lui répondit tout en rougissant, tout en bafouillant. Son sourire s'agrandit, alors qu'elle entendait une réponse qu'elle espérait presque, et elle le remercia gentiment du regard. Il était donc sympathique. Niais, sans nul doute, mais sympathique.

    Mais elle déchanta vite. C'était sans compter sur les idiots qui semblaient être ses amis. Alors qu'il venait juste de répondre à une simple questions, ils s'enflammaient, et émettaient des hypothèses qui étaient à la fois totalement déplacées, et totalement ….
    Soudainement, son regard sembla s'évaporer. Elle sembla être lointaine, pendant un temps qui ne dura qu'à peine une seconde. Elle se voyait, avec lui. Aucune notion intime là dedans, puisqu'ils se promenaient simplement, du moins croyait-elle. Aelys savait parfaitement ce que cela voulait dire. Ils étaient amenés à se revoir, qu'elle ne le veuille ou non. Qu'il soit d'accords ou pas. Une partie du futur était tracé, et ils ne pourraient s'y soustraire, puisqu'elle ne voyait que ce qui allait se passer, quoi qu'il arrive.
    … et totalement fausse. Son regard vira donc à l'étonnement, alors qu'elle revenait au présent, consciente de son absence – même courte -. Une lueur de désespoir pointa même dans le fond de ses prunelles, alors qu'elle les déposait tour à tour sur le blondinet et sur les autres.

    Mais il reprit la parole, facilitant la tache.

    « Aelys, enchantée. »
    Face à cette main tendue, elle hésita tout de même une seconde. Il sentirait que sa main était froide, gelée, autant que l'air du dehors, autant que la neige ... Aussitôt, elle se détendit. Il penserait peut-être que c'était justement due aux flocons d'un froid intenses qui tombaient dehors. Toujours ce sourire chaleureux qui n'engageait à rien, alors qu'elle lui serrait joyeusement la main. Rencontre fortuite, heureux hasard tout de même.
    Derrière lui, les jeunes hurlaient presque, allant de remarques déplacées en remarques déplacées, réussissant à durcir pour un court instant les prunelles dorées de la vampire. Ils étaient vraiment idiots.

    Elle murmura un peu plus bas, comme dans une confidence, relevant ses sourcils avec un air on ne pouvait plus étonné, et quelque peu désappointé

    « Ce sont vraiment vos amis? »

    Ils semblaient si différents, pris comme ça. Lui avait l'air d'avoir un minimum de contenance, de charisme, il pouvait passer pour un jeune bien élevé. Les autres? Les hormones les titillaient sans nul doute beaucoup trop. Elle leva donc les yeux au ciel avec un air blasé, dans une mimique totalement humaine et totalement inutile, alors qu'elle soupirait légèrement.

    Puis, elle reprit à voix haute

    « Vous êtes d'ici? Parce que … je ne connais pas du tout, autant vous l'avouer, et je suis totalement perdue. »
    Ce n'était même pas un mensonge. Elle ne connaissait pas du tout, n'était même pas sûre de savoir ce qu'elle cherchait, et pourtant ses pas et son instinct si puissant l'avaient conduit ici.

    Encore une fois, les ânes de derrières se remirent à crier à moitié, conscient de ce qu'elle avait dit pouvait paraître comme une demande à moitié cachée. Un grand sourire froids vint remplacer celui qu'elle réservait pour l'instant à Victor, alors qu'elle les tuait presque du regard, n'osant pas s'énerver contre des humains même si l'envie était tentante. Enfin …. Ils n'y étaient pour rien.
    Reportant ses prunelles et ses pensées vers le blondinet, elle se mit à tourner machinalement sa tasse entre ses doigts, tentant de paraître un poil plus humaine. Enfin, si on ne regardait pas de trop près la vitesse à laquelle tournait le récipient, on pouvait le croire.

    Aelys reprit la parole encore une fois, de sa douce voix légère et un peu aigu qui pouvait paraître irréelle aux oreilles des humains, et pourtant si plate lorsqu'elle la comparait à certaines autres.

    « Parce qu'on m'avait dit qu'il existait de belles choses à voir dans le coin, mais je n'en ai vu aucune … »
    Son air parût légèrement désolé pendant une seconde, comme si elle paraissait avoir peur de l'avoir offensé tout en annonçant que Forks lui avait semblé banal.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Excusez moi .... [Victor]

Message par Victor J. Eriksen le Lun 18 Mai - 20:15

    Victor semblait enfin se remettre de ses premières impressions et surtout de ses premières surprises lorsqu'il avait vu la jeune femme, dont il ignorait tout, jusqu'à sa prénom. Il souriait assez niaisement, il devait bien l'avouer même si sur le coup, il ne s'en était pas franchement rendu compte. Il devait vraiment avoir l'air d'un idiot complet mais la jeune femme ne semblait pas tellement s'en formalisé. Victor avait ses yeux plongés dans les siens, sans se rendre compte que pour lui comme pour tous les autres humains, ça aurait pu être complètement déplacé et assez gênant pour la jeune femme. Mais il ne pouvait tout simplement pas détacher ses yeux des siens. Ils étaient tellement magnifiques, dorés comme ça, avec des reflets qui l'éblouissaient presque tellement ils brillaient. Ces yeux avaient quelque chose de très particulier et Victor avait du mal à croire qu'ils étaient humains. D'ailleurs lorsqu'il y pensait - parce que oui il arrivait encore à penser un minimum, même dans son état ! -, il se disait qu'il n'avait jamais rencontré aucun humain avec des yeux semblables. D'ailleurs il n'avait jamais rencontré d'autre humain avec une pâleur si extraordinaire, avec une beauté si froide et à la fois si somptueuse. C'était subjuguant, tout simplement. Il n'arrivait pas à détacher ses yeux du visage de la jeune femme.. Il continuait à contempler bêtement les traits si parfaits de son visage et son sourire, si adorable, si charmeur, si.. Il en trouvait plus les mots, il était dés alors persuadé que si un seul mot pouvait décrire la jeune femme qu'il avait en face de lui, c'était "parfait" et rien d'autre.. Anormalement parfait surtout, vous ne trouvez pas ?
    Victor était complètement déconnecté de la réalité depuis qu'il avait replongé son regard dans le sien. Il avait émergé pendant quelques instants grâce aux hurlements de ses "copains" derrière, mais il avait presque aussitôt recommencer la contemplation fixe des prunelles dorées de la jeune femme et il s'était perdu de nouveau en chemin.. Ce n'était pas normal, pas normal du tout. D'ailleurs il avait toujours sa main tendue vers la jeune femme, depuis quelques secondes déjà même. Il reprit conscience peut avant que celle-ci ne lui serre finalement. Il avait d'ailleurs noté que la jeune femme en question avait semblé, absente.. ? Oui c'était ça le terme, elle avait eu le regard dans le vide durant quelques instants, à peine quelques secondes cependant, comme si son regard entier s'était embrouillé et qu'elle aussi avait été déconnecté de la réalité, mais elle ne regardait pas Victor, elle ne regardait nul part à vrai dire selon le jeune humain. Il ne comprenait pas ce qui avait bien pu arriver à la jeune femme, ne sachant bien sur pas qu'elle avait un pouvoir qui était de voir l'avenir lorsqu'il était gravé dans la roche.
    Mais quelque chose d'encore plus étonnant vint soudain le frapper. Quand finalement les deux jeunes gens eurent repris respectivement leurs esprits - qu'ils avaient perdus pour des raisons bien différents d'ailleurs ! -, la jeune vampire tendit à son tour sa main vers celle du jeune homme et elle la serra, après lui avoir dit son prénom. Aelys.. C'était un prénom magnifique.. Comme elle. Oui c'était vraiment un prénom sub.. Mais il fut lui-même arrêté dans ses pensées quand il ressentit un froid étrange et immense en serrant la main de la jeune femme. Il faillit retirer violemment sa main de celle de la jeune femme par réflexe. En effet, sa main était très anormalement froide, ce ne pouvait pas être décemment dû à la température ambiante du dehors, c'était impossible ! En plus, elle avait touché sa tasse brûlante, elle devrait avoir les mains réchauffées depuis le temps ! Victor avait ne pas suivre les cours, il était assez intelligent et ne manquait pas de bon sens et de logique et il savait pertinemment que le froid de dehors ne pouvait absolument pas être responsable d'une température si basse chez un être humain, du moins chez un être humain vivant et en bonne santé !
    Il ne dit rien cependant, soulevant légèrement l'un de ses sourcils, réveillés par la froideur et la dureté de la peau de la jeune femme. Il était tombé de son petit nuage quand il lui avait serré la main et cette euphorie et cet état second laissait place à un autre état bien différent, le doute et le soupçon. Il ne savait pas ce qu'il soupçonnait au juste, mais il savait que quelque chose n'était pas normal, pas normal du tout. Il se tut cependant et écouta attentivement quand la jeune femme lui souffla tout bas dans l'oreille, ignorant de nouveau le grognements de ses "amis" derrière lui. Victor ne put s'empêcher de sourire très légèrement à la réflexion de la jeune femme. Si Victor se croyait au-dessus de tout le monde, ses amis ne faisaient pas exception à la règle et il se croyait bien au-dessus d'eux. Cependant, il était souvent soumis à la pression du groupe et il savait que si ses amis lui demandaient de faire quelque chose, il serait en quelque chose obligé de le faire.. C'était assez idiot, il le savait mais c'était l'époque lycée dirons-nous.. Tant que la jeune femme était baissée vers lui, il lui chuchota dans l'oreille à son tour :


    - Malheureusement oui..

    Il sourit doucement tandis que la jeune femme éloignait son visage du sien. Elle semblait assez contente elle aussi d'apprendre qu'il était en quelque sorte différent de ses idiots d'amis. Mais après tout, il trainait bien avec eux donc.. Puis Aelys reprit d'une voix tout à fait audible cette fois-ci, même pour les autres garçons derrière eux. Même sans les hurlements de ces derniers, Victor se serait rendu compte tout seul du sous-entendu évident de la part de la jeune femme. Victor savait que si cette même phrase lui avait été sortie ce matin-même au lycée par une autre fille, il l'aurait surement ignoré, voir l'aurait envoyé paître peu élégamment. Mais cette femme là n'était pas comme les autres bien au contraire.. Il devait tenter sa chance, mais avant qu'il ait eu le temps de réfléchir à la façon dont il allait lui faire comprendre qu'il pouvait lui faire visiter la ville, la jeune femme en rajouta encore une couche et lui dit qu'elle avait entendu dire qu'il y avait de belles choses ici mais qu'elle n'en avait vu aucune. Il avait noté deux choses dans le même temps, la première : la jeune femme avait tourné machinalement sa tasse dans sa main, geste qui trahissait une légère timidité et un léger inconfort, surement dû aux amis du blondinet à qui elle avait lancé un regard assassin plus tôt, sous le regard malicieux de Victor. La deuxième : il était évident que la jeune femme lui avait menti. Au début, elle lui avait demandé où elle se trouvait même donc elle n'aurait pas pu venir visiter si elle ne savait même pas où elle se trouvait. Donc soit elle avait trouvé un prétexte bidon pour l'aborder au départ, si c'était maintenant qu'elle mentait pour lui faire comprendre qu'elle voulait "sortir avec lui". Victor se reprit alors, et lui sortit le sourire charmeur qu'il lançait à toutes les filles du lycée, celui qu'il avait travaillé durant toute son enfance et qui faisait craquer n'importe qui. Il se leva, très confiant, trop surement.

    - Je pourrais vous faire visiter si vous voulez..

    Ses amis recommencèrent à pousser des hurlements derrière lui. Et vous vous souvenez quand je vous avais dit qu'il subissait parfois la pression du groupe et qu'il devenait alors un idiot sans-cervelle comme le reste des ses copains, et bien malheureusement pour le jeune Victor, c'était l'un de ces moments. Avant d'avoir entendu la réponse de la jeune femme, il se tourna vers ses copains, en souriant bêtement, et alla taper dans la main de l'un d'eux, qui avait sa main tendue. Il signifiait ainsi qu'il pensait avoir déjà "gagné", ou en tout cas qu'il était extrêmement sur de lui et de la réponse que la jeune femme allait lui donner. Il allait surement se faire détromper lourdement..
    Puis il se tourna de nouveau vers Aelys, à qui il avait tourné le dos quelques secondes, le temps d'aller voir ses copains et lui dit, l'air très confiant.


    - Alors, ça te tente ?

    Il était notamment passé du vouvoiement au tutoiement en l'espace d'à peine quelques minutes. Grâce - à cause surtout ! - de sa bande d'amis, en quelques minutes, il avait repris sa confiance excessive et son arrogance qui le caractérisait.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Excusez moi .... [Victor]

Message par Aelys E. Andrews le Lun 18 Mai - 21:34

    Lorsque leurs mains se touchèrent, elle retint un frémissement. Dieu que cette main, comme toute celle des humains, pouvait être chaude. C'était l'une des choses les plus durs : ne plus rien sentir comme avant. La neige lui semblait être une agréable pluie chaude, sans les inconvénient, et elle n'avait jamais froids. Au contraire, même, il lui semblait toujours avoir chaud, même lorsqu'elle ne portait qu'un fin t-shirt au plus profond de l'hiver … enfin. On s'y faisait, comme à tout. Comme on s'habituait à ressentir une profonde soif lorsqu'on était entouré d'humain, comme on s'habituait à fuir le soleil. Avec une certaine mélancolie, un remord lorsqu'arrivait l'idée tant redoutée : « un jour, j'ai été capable de faire ça. »
    Lui, cependant, sembla soit ne rien remarquer, soit ne pas y faire attention. Non, ce qui aurait dût obliger le coeur d'Aelys à s'arrêter une courte seconde s'il battait encore, fût le fait que soudainement il eût l'air plus méfiant. Comme sur ses gardes, ou comme s'il voyait clair dans son jeu. Machinalement, elle s'en voulut de n'avoir sût trouver une excuse pour ne pas lui serrer la main, telle que … elle ne savait pas. Bon sang, elle ne savait pas comment elle aurait pût le reconduire d'une façon à peu près sympathique, sans qu'il ne se doute de rien après. En tout cas, c'était fait et elle ne pouvait guère revenir sur ses décisions. Un acte de fait ne pouvait être reprit, de même qu'une parole de trop ne pouvait être enlevée.

    Une fois qu'il eût répondit à sa pique, elle eût un grand sourire mi entendu, mi amusé. Ainsi Victor n'était pas comme les autres, du moins le pensait? Cette idée lui plût tout de même – il faut savoir se faire confiance dans la vie, et se croire un peu mieux que les autres est valorisant, même si très légèrement orgueilleux -.

    Et c'est à ce moment là que tout tourna tel qu'elle n'aurait jamais pût l'imaginer. Une simple question, plus pour la banalité qu'autre chose, qu'ils avaient interprété différemment. Tout au plus une invitation, mais qui n'avait strictement rien d'intime : elle ne se voyait simplement pas demander aux espèces d'idiots qui hurlaient maintenant comme des chiots – le côté mignon en moins – d'aller se promener. Enfin, d'accords. Cette sortie pouvait avoir une certaine notion un peu intime. M'enfin. Encore une fois, elle avait parlé trop vite, et maintenant seulement elle comprenait qu'elle s'était mise dans le pétrin. On pouvait donc être vampire, et désespérément catastrophique.

    La tasse se mit donc à tourner un poil plus vite, alors qu'elle tentait de se concentrer sur autre chose que sur ces cris qui étaient on ne peut plus gênant, déplacés, importun, malotrus, pénible, grossiers, embarrassant, impolis. Bref, vous devez avoir saisit le principe. Elle n'était donc plus tout à fait à son aise, elle qui avait pourtant apprit à prendre sur elle pour éviter qu'elle ne fasse quelque chose dont elle s'en voudrait toute sa vie …. qui promettait d'être longue, si elle survivait à ces ânes. Il en fallut beaucoup donc à Aelys pour qu'elle ne s'éloigne pas directement en courant, alors qu'il se proposait pour l'accompagner.
    D'apparence tout semblait presque aller bien. Ses yeux dorées brillaient encore, sa mâchoire ne semblait pas encore tendue, elle souriait presque aimablement. Seulement, elle ouvrit d'immenses yeux à l'instant même où elle le vit se retourner, et taper bêtement dans les mains d'un autre. Bon sang. Il était comme les autres.

    Lorsqu'il se décida alors à se retourner, elle eût un sourire plus mielleux, qu'elle savait qu'elle associait toujours aux moments où elle allait bien rire – et la personne en face, beaucoup moins -.

    « Alors, ça te tente? »
    Notant qu'ils étaient passés du vouvoiement au tutoiement, comme ça devait être la coutume de tout les jeunes, en faite, elle lui sourit avec une joie feinte. Il était vraiment innocent. Croyait-il réellement qu'elle allait lui tomber dans les bras comme ça? Qu'elle allait se laisser faire, dire amen à ce qu'il voulait, parce qu'il était mignon? Qu'elle n'avait pas de personnalité, et qu'elle obéirait donc comme sûrement la plupart des filles de son lycée à ses moindres désirs? Il rêvait, donc. Trop naïf. Jugeait-il sur les apparences? Peut-être. Sans doute. En tout cas, il allait tomber de haut le petit, s'il croyait réellement qu'elle allait dire oui, après ce qu'elle venait de voire – décadence d'une jeunesse qui pensait qu'elle savait tout-.

    Son sourire devint plus mielleux, et dans son œil s'alluma une légère lueur de malice. Elle pencha légèrement la tête, fixant maintenant ses jolis prunelles, alors qu'elle s'apprêtait à laisser tomber les quelques mots qui le ferait chuter de son piédestal.

    « Hmm... »
    Pendant quelques secondes, elle laissa filer le silence. Elle n'aimait guère l'idée de le …. brutaliser, tout au moins de le mettre face à des choses dont il ne devait sûrement pas avoir l'habitude, et pourtant, elle allait le faire. Pas question de le laisser avoir la grosse tête, même s'il se pouvait qu'il la détesterait après – ce dont elle ne croyait pas, au vu de sa vision! -. Enfin.
    « Non, ça va aller. Je pense que je vais le faire moi même. Pas besoin d'escorte, tu vois. »
    Et tout ça sur le ton de la conversation, alors qu'en elle même chaque mots la faisait sursauter. Elle n'avait guère l'habitude d'être méchante volontairement, sans être sous l'effet de la colère … Aussitôt cette révèlation faite, et comme si elle était assise sur des charbons brulants, elle se releva, et s'approcha du comptoir, de sa démarche de ballerine sans même écouter pour savoir s'ils hurlaient, s'ils sifflaient celui qui semblait être le chef d'un groupe d'idiot impossible.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Excusez moi .... [Victor]

Message par Victor J. Eriksen le Lun 18 Mai - 22:52

    Victor avait totalement repris confiance en lui et jamais, ô grand jamais, il n'aurait pu imaginer la scène qui était sur le point de se dérouler devant ses yeux ébahis, non pire que ça, la scène qui allait lui arriver, à lui ! Mais nous y reviendrons plus tard. En effet, vous avez déjà vu ce genre de vieux gars qui sont plus pathétiques qu'autres choses tellement ils sont surs d'eux et qu'ils le montrent ? Du genre, accoudés à la table, arborant un sourire charmeur à deux francs six sous ? Eh bien, c'était exactement de ça qu'avait l'air Victor à cet instant précis. Le pire, c'était qu'il était persuadé que ça allait marcher, et aux sons que produisaient ses copains derrière lui, eux aussi. Ils allaient être très surpris et allaient très vite déchanter cependant. Tout se passa pourtant le mieux du monde au premier abord. La jeune femme sourit même en retour au jeune homme qui prenait encore plus confiance en lui - si c'était possible cependant ! -. Il avait atteint un tel niveau de confiance en lui et d'arrogance à cet instant précis, que s'il avait essayé de sortir du bar, ses chevilles n'auraient probablement pas passé la porte.
    Mais Victor était loin de se douter de ce qui l'attendait, il avait presque déjà oublié la froideur, la pâleur, la dureté, la beauté si étranges de la jeune femme qu'il avait en face de lui tellement il avait confiance en lui. De plus, la jeune femme lui souriait, certes un peu bizarrement selon lui, mais elle lui souriait lorsqu'il se fut retourné après avoir tapé fièrement dans la main d'un de ses copains. Sur le coup, il ne se rendit pas du tout compte de ce qu'il venait de faire. Comment aurait-il pu dans un tel état d'ailleurs ? De plus, la jeune femme montrait tous les signes qu'il lui plaisait grandement. Elle avait même un reflet malicieux au fond de ses yeux beaux yeux dorés et Victor était persuadé que c'était déjà dans la poche. En plus de ça, elle penchait la tête et faisait mine d'hésiter, c'était bon signe, il avait souvent vu ça chez les filles de son lycéen lorsqu'elles essayaient de le draguer. Il ne put s'empêcher de sourire béatement, vraiment convaincu de sa propre victoire future. La jeune femme lâcha un léger "hummm", l'air de réfléchir profondément à ce qu'elle allait pouvoir lui répondre, tandis que pour la première fois depuis qu'ils étaient entrés dans le bar, les singes derrière Victor s'étaient tut.
    Quand soudain le couperet tomba sur le jeune homme et s'il ne perdit pas la tête tout de suite comme Louis XVI, il eut immédiatement le souffle coupé d'ébahissement. Elle venait de le rejeter ou il rêvait ? Non, il ne pouvait pas rêver, il voyait très nettement la jeune femme lui tourner le dos à présent et se diriger vers le bar. Victor, lui, restait complètement ahuri, la bouche grande ouverte, les paumes de ses mains en l'air, l'air de ne rien comprendre à ce qui venait de lui arriver. Il entendit les rires amusés, voire hilares de ses copains derrière lui tandis que plusieurs d'entre eux lui tapait sur l'épaule en signe de moquerie amicale. Le jeune homme, lui, était complètement désorienté. Il ne comprenait pas du tout comment il était passé de l'étape "Elle me mange dans la main" à "Je me suis fait jeté comme un vieux détritus". Il avait toujours les yeux écarquillés quand il finit par se rasseoir. Après quand même une bonne vingtaine de secondes, il fut enfin capable de refermer la bouche et il se sentit peu à peu revenir à la réalité. Il entendait beaucoup plus clairement les rires de ses copains derrière lui et il sentait bien les regards du patron sur lui. Il arborait lui aussi un sourire amusé, ou plutôt moqueur.
    Soudain, Victor ressentit une vague de haine et de colère l'envahir. Il n'en revenait pas qu'elle ait osé le jeter, lui ! Le plus beau garçon de toute l'école selon presque toutes les filles du lycée, celui qui les avait toutes repoussés unes à unes, et qui désormais, se faisait repousser à son tour ? Impossible. Il ne supportait pas de perdre, et surtout pas lorsque ses imbéciles de copains se moquaient de lui derrière ! Il se tourna violemment vers eux, tapant fortement du poing sur la table en bois du bar et criant presque :


    - Vos gueules vous ! Dégagez ! Allez, foutez-moi le camp !

    Il était véritablement hors de lui et ses amis, comprenant qu'il ne rigolait pas du tout, s'enfuirent presque. Ils sortirent précipitament en tout cas, et ils avaient déjà l'air moins fiers. Victor venait probablement de perdre ses meilleurs copains mais pour le coup, il n'en avait absolument rien à fiche. Il était tellement énervé qu'il aurait gueulé sur n'importe qui, mais il fallait bien avouer qu'il supportait de moins en moins ses soit disant copains, et il avait rêvé depuis longtemps de leur dire ça. Alors, ce n'était pas une très grande perte dans l'absolue. Victor était dans une telle rage, il n'arrivait pas à se contenir et il en tremblait presque. Il serrait son poing, toujours posé sur la table qu'il avait frappé si violemment quelques instants auparavant. Il se retourna pour apercevoir le comptoir et se rendit compte que la jeune femme n'avait pas bougé, qu'elle ne s'était même pas retourné et qu'elle ne rigolait pas non plus. Il était assez étonné qu'elle ne se moque pas de lui et de sa réaction, après tout, il l'aurait bien mérité, même si sur le coup, il était persuadé du contraire. En ce moment même, il était convaincu que la jeune femme avait eu tort et il ne comprenait pas le moins du monde sa réaction. Tout ce qu'il savait c'était qu'il était hors de lui.
    Puis, ne supportant plus d'être dans cet endroit, il sortit du bar, sans un regard derrière. Il savait que la jeune femme au comptoir ne se retournerait pas non plus cette fois-ci. Elle restait donc désormais seule avec le barman. Il sortit en trombe, prenant à peine le temps d'enfiler son manteau, il sortit dans le froid glacial de l'hiver et se mit à marcher là où ses pas le conduisaient. Il n'avait aucune idée de l'endroit où il se dirigeait mais il avait besoin d'être seul, de réfléchir, mais par-dessus tout, il avait besoin de se calmer ! Il marcha ainsi pendant une bonne vingtaine de minutes, broyant du noir, fixant ses chaussures et les morceaux du trottoir sur lesquels il s'apprêtait à poser le pied. Il entendit plusieurs fois des voix de filles qui l'appelaient dans la rue, s'étonnant de le voir seul, mais il traça sa route, ne prenant même pas la peine de leur jeter un coup d'oeil.
    Mais il ne pu s'empêcher d'être choqué par quelque chose lorsqu'il entendit les voix des autres jeunes filles dans la rue. En effet, il n'arrêtait pas de réentendre très précisément la voix de la jeune femme du bar, Aelys, dans sa tête, ce qu'elle lui avait dit avant de partir au comptoir. Il avait beau se remémorer parfaitement la scène, il entendait une drôle de voix à la place de celle de la jeune femme. Une voix si agréable, si douce, si mélodieuse, qu'elle en était absolument surhumaine et enchanteresse. Il ne pouvait pas décemment s'agir de sa véritable voix. Et maintenant que ce détail le frappait, d'autres lui revenaient en mémoire. Sa peau était glacée, plus froide que la température ambiante à l'extérieur du bar même, elle était aussi très dure, il l'avait vivement senti en lui serrant la main. De plus, le teint de la jeune femme était plus blanc que la neige presque et sa beauté était absolument fascinante. Il n'avait même pas été capable d'en détacher ses yeux.. Oui d'ailleurs ses yeux aussi étaient extrêmement bizarre aussi. Ils avaient une couleur qui sortait pour le moins du commun, du commun des mortels peut-être même ?
    Non mais qu'est-ce-qu'il racontait là ? La jeune femme était certes étrange mais pas au point de ne pas être humaine, et puis ce genre de choses, Victor n'y avait jamais crut, il n'allait pas commencé aujourd'hui. De plus, il n'avait pas besoin d'explications pour comprendre la réaction de la jeune femme en question. En effet, en marchant il avait énormément réfléchit et il en était arrivé à une conclusion qui lui faisait un peu mal au coeur, c'était dur de l'admettre mais il s'était comporté comme un imbécile fini. Mais il fallait dire que dés qu'il était entouré de ses copains, il n'était plus le même. Avant qu'il ne les connaisse, il était très gentil et attentionné. Certes, il était déjà assez arrogant du fait que beaucoup de filles lui avaient déjà courut après, même à l'époque. En y repensant il sourit doucement. Il était déjà plus calme. Mais il était toujours incapable de s'expliquer comment la jeune femme avait résisté à son charme, à celui qui opérait si bien sur toutes les filles du lycée et même toutes les femmes qu'il avait rencontré. Certes il avait été odieux, mais il l'avait été avec tout le monde sans que personne ne lui dise jamais rien.. C'était extrêmement bizarre, il était énormément intrigué désormais. Il était encore légèrement en colère, mais désormais, il n'aurait su dire s'il l'était contre Aelys ou contre lui-même, voire même contre ses copains.
    Durant la bonne vingtaine de minutes qu'avait duré sa réflexion et sa "promenade", il avait marché au petit bonheur la chance, laissant ses pas le guider. Et ses pas l'avaient conduit jusqu'au petit parc de Forks. Il y entra et s'installa sur un banc. Il mit ses mains dans les poches de son jean pour se les réchauffer et commencer à regarder les petits enfants qui jouaient avec la neige et qui s'amusaient à se lancer des boules de neige. Ce spectacle l'amusait et lui rappelait de bons souvenirs.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Excusez moi .... [Victor]

Message par Aelys E. Andrews le Lun 18 Mai - 23:31

    A l'instant même où elle se tourna vers le bar, elle cessa de sourire. Ça n'avait rien de réellement amusant, et donc elle ne voyait pas pourquoi elle aurait dût faire semblant. Ses pas légers l'emmenèrent au patron, qui lui souriait sans chercher à se cacher, s'amusant du malheur de Victor. Presque prise de remord, elle qui détestait tant voir les autres souffrir, elle faillit faire demi-tour et s'arranger pour que tout aille mieux, que ces singes arrêtent d'hurler, qu'il puisse garder un peu de son …. honneur. Oui, si elle n'aimait pas humilier les gens tels qu'elle l'avait fait, c'est parce qu'elle pouvait comprendre la déception, la douleur que ressentait leur égo face à ces épreuves, et qu'elle n'aurait jamais voulut devoir subir la même épreuve. Pourtant, elle n'en fit rien, et serrant la mâchoire tout en s'appuyant au bar, elle tendit quelques pièces.

    Mais le patron était trop occupé à regarder Victor, à attendre sa réaction pour s'occuper d'Aelys. Encore une fois, elle fût tentée d'abandonner plus qu'il ne fallait sur le comptoir et de s'en aller d'un pas rapide. Ce serait simple : ils ne la verraient presque soudainement plus. Elle serait dehors avant qu'il n'ait respiré une nouvelle fois, et dans la forêt le temps qu'ils passent la porte …. mais bien sur, elle ne pouvait pas. On ne montrait pas ses pouvoirs ainsi, on ne se laissait pas aller à de telles démonstrations. Déjà qu'il devait s'être rendu compte de quelque chose, déjà qu'il devait avoir sentit sa peau froide... autant ne pas lui donner plus de raisons qu'il n'en avait déjà de douter de l'humanité de la jeune vampire. Après tout, si une autre avant lui avait pût deviner l'inimaginable, pourquoi lui ne pourrait-il le concevoir?
    Aussitôt, sa machoire se tendit un peu plus, et elle s'obligea presque à l'immobilité, ne laissant que ses ongles tapoter le comptoir alors qu'elle attendait qu'il ne daigne prendre sa monnaie.

    Mais bien vite, le spectacle fût fini. Elle entendit la voie de Victor tonner dans le bar, et tout les crétins sortirent, l'un derrière l'autre, sûrement penauds de s'être fait criés dessus. Là dessus, il la regarda – elle sentit son regard comme s'il la brûlait, comme s'il criait qu'elle avait eût tord, et encore une fois elle durcit un peu plus sa mâchoire. Ne pas réagir. Ne rien dire. Elle n'avait pas eût tord de réagir tel qu'elle l'avait fait. -, puis elle entendit son pas rageur l'amener à la porte, et cette dernière s'ouvrir alors qu'un courant d'air froids pénétrait une nouvelle fois dans le bar. Et voilà. Elle était maintenant seule avec le barman, qui daigna lui rendre quelques pièces, de façon à ce qu'elle puisse, à peine une minute après que Victor soit sorti, prendre elle aussi la porte.


    Il ne neigeait plus. Aelys accueillit cette nouvelle avec plaisir, ne ressentant plus l'envie de jouer, de s'extasier face à cette beauté offerte par la nature. Non, elle voulait juste marcher, profiter de la ville qui baignait sous une couverture nuageuse lui assurant d'être à peu près normale en cet étrange jour. Ainsi, une nouvelle fois, elle se laissa guider par ses pas sans avoir une seule idée d'où elle allait.
    Malgré tout, les flocons avaient tenu, et créaient une couche blanche de quelques centimètres partout. Même si elle ne le voulait pas, un sourire naïf parvint à effacer la dureté de ses traits, et elle se mit à marcher plus vivement, comme si elle était poussée par un vent qu'elle ne sentait pas. Pendant une courte seconde, elle l'imagina, ruminant ce qui venait de lui arriver, ruminant chaque souvenirs de cette scène … cette idée laissa une vague de stress en elle. S'il se souvenait parfaitement de tout, en détail, il verrait des choses étranges.
    Non. Tout irait bien. Elle n'était pas venue pour semer le trouble dans la ville des Cullens. La jeune vampire ne se ferait donc pas remarquer. Autant, dans ce cas, fuir la ville aussi vite …. après avoir vu le parc. Puisque son instinct avait voulu l'y emmener en premier lieu, il devait bel et bien y avoir une raison à cela. Et Aelys ne pouvait dire non à son instinct.

    Elle se mit donc à déambuler au hasard, sans une seule idée d'où elle était, d'où elle allait, sans même savoir si elle se dirigeait dans le bon sens. Peut-être le parc était-il de l'autre côté. Tant pis. La jeune femme devait avant tout se détendre, se concentrer pour oublier les odeurs, pour oublier les problèmes. Dieu que ça pouvait être dur, quand elle était à cran comme ça! Surtout que maintenant, elle revoyait sans cesse tout les petits détails. Son absence. Sa voie, qu'elle ne pouvait cacher. Sa pâleur. Sa froideur. Tant de choses pour lesquelles elle ne pouvait rien, mais qui était tant de marques de sa réelle nature! Tant pis pour la décontraction, elle n'arriverait plus à se remettre bien pour l'instant … bien sûr, elle ne savait pas encore qu'elle allait retomber dessus, et qu'aujourd'hui pouvait être le jour de sa vision. Elle n'en savait rien, et refusait même l'idée de revoir une partie de son futur.

    Bref. Ses pas, par un heureux hasard, réussirent tout de même enfin à l'emmener jusqu'au parc. Là, elle passa de grandes grilles en fers forgés, et se mit à avancer en déambulant toujours autant. Rapidement, elle referma son long manteau. Pas la peine de faire remarquer qu'elle n'avait en réalité, pas froid du tout. Elle s'appliqua même à repousser ses cheveux, cherchant encore une fois à ressembler à ce qu'elle n'était pas : humaine. Et pour un peu, on l'aurait crût : elle s'obligeait même à respirer de façon à créer un petit halo de vapeur devant ses fines lèvres. C'était sans compter le fait qu'elle n'avait pas de gants pour couvrir ses doigts trop blancs, c'était sans compter qu'elle marchait sans presque laisser de trace, trop légère. Mais la plupart des humains ne remarquaient pas ça, non. Trop occupés à leurs vies pour observer réellement celle des autres.
    Et par un hasard encore plus heureux, ou encore plus étrange, ou encore plus malheureux, elle ne savait guère, elle finit par arriver dans le coin où il était. Si elle l'avait vu, Aelys ne le montra pas forcement, ne lui jeta qu'un coup d'oeil presque invisible. A peine un léger sourire, pas moqueur mais amical pour signifier qu'elle ne lui en voulait pas vraiment.
    Mais au lieux de s'approcher – elle n'allait pas imposer sa présence, tout de même -, la vampire s'appuya contre un tronc d'arbre avec légèreté, souriant presque naïvement devant ce qu'elle n'aurait jamais : des enfants.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Excusez moi .... [Victor]

Message par Victor J. Eriksen le Sam 23 Mai - 11:04

    Victor était désormais un peu plus calmé depuis qu'il était allé se promener après être sorti si violemment du bar. Il avait déambulé dans les rues ainsi pendant une bonne demi-heure et sa colère et son ressentiment envers la jeune femme, Aelys, avait presque totalement disparu. Presque en effet, car sa fierté se mettait en travers du chemin pour qu'il puisse lui pardonner si tôt. Pourtant, ne vous méprenez pas, Victor s'était rendu compte qu'il avait agit comme un imbécile mais il était encore un peu trop en colère et immature pour l'admettre vraiment, du moins pour le moment. Il s'était donc assis sur un banc du parc, il en avait chassé la fine couche de neige avant, histoire de ne pas être encore plus trempé qu'il ne l'était déjà. En effet, ses fines chaussures en toile - ou converses pour ceux qui n'auraient pas compris - étaient d'ors-et-déjà trempées. Il avait extrêmement froid au pied mais n'en montrait rien. Il fallait sauver les apparences, même si cela lui semblait assez ridicule après l'humiliation qu'il venait de subir au bar devant tous ses copains.
    En y repensant, ses poings se resserrèrent de nouveau automatiquement dans les poches de son jean. Il était encore énervé au fond de lui-même, même s'il faisait tout pour arriver finalement à se calmer. Et plus y pensait, plus il s'énervait. En effet, il avait hurlé sur ses copains par-dessus le marché et surement que le lendemain au lycée risquait de ne pas être très joyeux pour lui. Ils allaient surement l'ignorer. Bah, après tout, tant mieux, il commençait vraiment à en avoir marre de ces idiots. Mais avec qui allait-il bien pouvoir discuter ? Il ne pouvait décemment pas rester tout seul ! Non, ça aurait trop été la honte ! Tandis qu'il réfléchissait à une solution pour garder la face le lendemain et ne pas subir une autre humiliation, il vit une boule de neige lancée par les enfants de tout à l'heure, le frôler d'à peine quelques centimètres. Il sortit alors aussitôt de sa léthargie et releva la tête. Les enfants avaient leur mains devant leur bouche, comme s'ils avaient peur qu'on les gronde, aussi Victor commença à rire doucement, pour leur montrer que ce n'était rien du tout. Alors les enfants, visiblement rassurés, se remirent à jouer.
    Mais il avait relever la tête et il n'avait pas pu s'empêcher de faire le tour du parc avec ses yeux pour voir qui était là. Il vit alors de nouveau la jeune femme du bar, Aelys. Il ouvrit de grands yeux, hésitant entre être de nouveau en colère ou être encore une fois subjugué par sa beauté si extraordinaire. Sérieusement, ce n'était pas normal d'être belle comme ça, belle n'était même plus le terme à ce niveau là, elle était plus parfaite.. La jeune femme lui sourit gentiment, sans doute pour lui montrer qu'elle ne lui en voulait pas franchement. Mais Victor, lui, avait encore un problème avec son ego. Il détourna la tête vivement, son un autre regard et sans répondre au sourire de la jeune femme si enchanteresse.
    Aussitôt il se mit à réfléchir à ce qu'il venait de faire. Il avait eu tort au bar tout à l'heure, il le savait. Il s'en était très bien rendu compte, alors tandis que son cerveau lui disait d'aller s'excuser, son coeur - et surtout sa fierté, car s'il avait réellement écouté son coeur il aurait déjà été près d'elle ! - lui intimait l'ordre de rester assis sur ce banc à avoir l'air vexé pour la faire s'excuser. C'était complètement insensé, il en avait conscience, mais il s'avérait que la solution qu'il avait choisit était de loin la plus simple des deux à appliquer. En effet, Victor avait vraiment horreur de devoir aller s'excuser, à vrai dire, il ne l'avait jamais vraiment fait de toute sa vie, ou en tout cas il ne se rappelait pas de l'avoir jamais fait, et il n'allait pas commencer aujourd'hui.. Tout du moins, pas maintenant.. Mais il commençait à être rongé par la culpabilité à vrai dire, il devait s'excuser, il en était conscient, mais il n'y arrivait pas. Pourquoi ne pouvait-il pas tout simplement se lever de ce fichu banc et aller la voir pour s'excuser. C'était trop compliqué pour une personne aussi fière et arrogante que Victor, voilà tout.
    Malgré tout, au bout de quelques secondes de réflexion intense, il releva la tête pour voir la réaction de la jeune femme et la vit qui s'était retournée et semblait se diriger vers la sortie, ou alors vers un autre banc en face.. Il ne savait pas mais ce mouvement le fit réagir. Il ne pouvait pas la laisser s'en aller. Tout du moins pas maintenant, pas comme ça et une espèce de force invisible lui disait qu'il fallait qu'il aille la voir, maintenant. Aussi, comme s'il venait d'être chauffé à blanc, il se releva à une vitesse phénoménale et commença à marcher vite en direction de la jeune femme. A la fin, il se mit même à courir pour finalement la rattraper. Quand enfin, il fut à sa hauteur, il mit doucement sa main sur son épaule pour la forcer à se retourner. Il était légèrement essoufflé mais dés qu'elle se fut retourner, il retrouva le souffle pour lui dire.


    - Encore vous.

    Bon, certes ce n'était pas l'entrée en matière parfaite pour faire ses excuses mais il n'avait rien trouvé de mieux, ou en tout cas il n'avait pas été capable de dire mieux. La jeune femme ne sembla pas trop s'en formaliser cependant, visiblement assez étonnée de le voir l'ignorer royalement pour finalement lui courir après. Victor ouvrit la bouche mais aucun son n'en sortit, c'était extrêmement difficile sérieusement pour quelqu'un comme lui. En plus, il était de nouveau subjugué par sa beauté, il ne pouvait pas détacher ses yeux des siens si bien que son silence était dû à son manque d'expérience en matière d'excuses mais aussi à son étonnement face à une telle beauté, si.. Surnaturelle ? Ce petit jeu continua quelques secondes encore, quelques secondes pendant lesquelles Victor avait toujours sa main sur l'épaule de la jeune femme et pendant lesquelles sa bouche était toujours grande ouverte. Quand finalement il revint à la réalité, il la referma, rougissant de nouveau légèrement. Il se demandait comment elle pouvait être aussi belle, c'était tout bonnement impossible mais il tenta de faire abstraction de ça pour mieux se concentrer sur ce qu'il avait à faire : s'excuser.
    Il se dit que quitte à s'excuser, autant le faire dans les règles. Aussi il continua à la fixer dans les yeux, il prit une bonne inspiration et commença, visiblement très inspiré.


    - Uhm.. Je.. Voilà.. Je tenais.. C'est pas facile à dire bon sang. Uhm.. Je tenais à m'excuser pour ma conduite de tout à l'heure.

    Le contraste entre la lenteur avec laquelle il avait commencé sa phrase et la vitesse si spectaculaire avec laquelle il l'avait finit, était assez étonnant. En effet, il ne pouvait pas le dire plus vite avant, ayant trop peur d'arriver à la conclusion, alors que la dernière phrase, celle ou il s'excusait vraiment, il n'aurait pas pu la dire assez vite à son goût. Et pourtant, un être humain normalement constitué aurait pu ne pas comprendre le sens de sa phrase tellement il l'avait dit vite. Heureusement, Aelys elle, avait très bien compris car elle n'était pas humaine justement.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Excusez moi .... [Victor]

Message par Aelys E. Andrews le Mar 26 Mai - 20:17

    Lorsqu'elle était arrivée, la végétarienne ne s'était pas aperçue de suite qu'il riait. Ce fût un son plus clair que l'autre qui lui fit tourner la tête, et elle comprit alors que c'était le bruit de sa joie. Elle en profita pour le détailler un peu, alors qu'il était loin de ses amis, loin de cette attitude arrogante qu'il avait pût avoir auparavant. Celle d'un adolescent qui n'était pas près d'être adulte, en faite. Alors que là .. il riait pour rassurer les enfants, et cette réaction ne pût que lui attirer la sympathie de la jeune. C'est ainsi que son sourire naquit.



    L'air frais soulevait les fines mèches qui encadraient le visage d'Aelys, alors que ses traits étaient redevenus neutre. Ne pas l'influencer dans sa décision, c'était à lui de savoir s'il acceptait de la pardonner, s'il acceptait de prendre sur lui. Et même si elle était sûre qu'il ou elle reviendrait s'excuser – puisque sa vison était sans équivoque -, elle ne pût s'empêcher de se figer une courte seconde.
    Il ne venait pas. Peut-être avait-elle poussé le bouchon trop loin? Peut-être ceci l'avait trop vexé, trop remit à sa place, et que maintenant il n'osait plus? Non .. elle ne pouvait l'imaginer aussi influençable. Il ne pouvait pas renoncer aussi facilement. Le peu qu'elle avait pût saisir du psychique de Victor ne l'amenait pas à penser ça. Pourtant, il restait sur son banc, loin et sans un sourire, sans un geste. Ils auraient pût passer pour des statues, sans le vent qui parfois les faisait frémir.
    C'était même pire. Il ne se contentait pas de rester à l'écart. Il avait fuit son regard comme on fuit la peste, il s'était empressé de regarder autre part sans répondre au sourire. Que devait-elle conclure? Sa réponse était-elle sans équivoque? Désirait-il qu'elle le laisse?
    Un soupire franchit ses lèvres, alors qu'Aelys décroisait ses bras. D'accords. Il avait gagné. Ou perdu. Pour une fois, une première fois, ses visions seraient remises en cause, et une seraient même complètement fausse. Il ne daignait avouer qu'il avait tord? Très bien. Il s'amusait à l'ignorer? Encore mieux. Cela simplifierait des dizaines de choses, sûrement.

    Virevoltant, elle fît demi tour. C'était assez. Elle s'en allait. Elle se remit donc à marcher – ou danser, selon le point de vu – pour reprendre le chemin qu'elle venait d'emprunter. Et jamais, oh non jamais, elle n'aurait imaginé qu'il allait se lever et marcher et courir pour la rejoindre. Pourtant, c'est ce qu'il fit.
    Aelys le sût à l'instant même où il jaillit de son banc. Elle eût la confirmation alors qu'il se mettait à marcher rapidement en suivant ses traces, et elle en fût sure et certaine lorsqu'il se mit à courir. Cependant, elle fît comme si elle n'entendait rien, comme si elle ne le savait pas. Cette espèce de précognition – qui n'en était pas une, mais qui était due à une ouïe trop perçante – ne ferait qu'attirer les questions. Hors … il risquait déjà d'y en avoir. Il se pouvait qu'il se pose actuellement. Inutile de rajouter encore quelque chose.

    Ainsi, elle ne ralentit que lorsqu'elle sentit la main du jeune homme se poser délicatement sur son épaule, et elle se retourna pour lui faire face. Aucun ressentiment dans leurs gestes. Si elle prit un air étonné, elle eût aussi un léger sourire alors qu'il remarquait que c'était 'encore elle'. Et oui. Elle n'abandonnait pas aussi facilement … lui non plus, apparemment. Maintenant, c'était à lui de décider.
    Pendant quelques secondes, il resta de nouveau immobile, comme perdu dans ce qu'il pensait. Cherchait-il ses mots? Cette idée manqua de la faire sourire, mais elle s'en défendit en pensant que ça risquait de lui rendre la tache plus ardue – il pourrait imaginer qu'elle osait se moquer de lui, alors qu'il tentait de s'excuser.-

    Ainsi, il finit par s'excuser. Même si ces quelques mots semblèrent lui arracher un bras, il réussit. Aussitôt, son sourire s'épanouit, et elle acquiesça l'air de rien. Comme s'il venait juste de dire bonjour.

    L'air de rien aussi, elle se retourna tout en l'attendant, avant de se remettre à marcher un peu plus gaiement.

    « Alors, comme ça, vous connaissez bien la ville? »
    Son regard s'attarda sur les arbres qui étaient maintenant recouverts d'une fine pellicule de neige, sur les statues qui elle aussi étaient invisibles, sur les murs qui disparaissaient peu à peu.
    « Ça a l'air jolie, comme coin ….  Ce temps est-il habituel?»
    Car si elle savait que le coin était parfait pour les vampires, puisqu'il promettait de nombreuses journées bien nuageuses, elle n'avait guère entendu qu'il y fasse un temps aussi rude. Si pour elle le froid n'était pas gênant, il devait l'être pour les habitants qui n'étaient qu'humains.
    « Ho, au faite. Désolée d'avoir été .. rude, tout à l'heure. »
    Toujours ce ton de simple conversation. Comme si de rien n'était. Pourtant, ses prunelles semblaient un poil anxieuse. Non pas qu'elle n'aimait pas s'excuser, elle savait admettre qu'elle avait eût tord. Malgré elle, Aelys restait simplement profondément sûre qu'il devait lui en vouloir ... .

Revenir en haut Aller en bas

Re: Excusez moi .... [Victor]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum